1922 : une sculpture de Louis Maubert à Argenton-sur-Creuse

Fonte de bronze, 25.000 francs

Source de l'image : Didier Dubant.
Source de l'image : Didier Dubant.

1923 : une sculpture d'Ernest Nivet à Eguzon

Pierre taillée, 39 566 francs

Un apprentissage de 4 ans chez Auguste Rodin

En 1923, la commune d'Eguzon reçoit sa commande de monument aux morts de la Grande Guerre : une sculpture en pierre calcaire réalisée par Ernest Nivet.

 

L'artiste, né en 1871 à Levroux, a vécu sa vie à Châteauroux jusqu'à sa mort en 1948.

Après un apprentissage de taille de pierre puis des cours de dessin à l'école des Beaux-Arts de Chateauroux, il part en 1891 à l’Ecole des Beaux Arts de Paris. Il est envoyé chez Auguste Rodin. Pendant 4 ans, il travaille dans son atelier. Il se lie d'amitié avec Camille Claudel, sculpteur et compagne d'auguste Rodin à l'époque.

 

Des sentiments dans un monument aux morts

 

Au regard du monument aux morts d'Eguzon, l'infuence romantique d'Auguste Rodin et de Camille Claudel est bien visible : le soldat semble se lamenter sur la stèle qui indique les noms des morts et les coups de burin donnent l'impression que la scuplture sort d'un bloc brut.

 

Le poilu n'est pas érigé sur un socle mais semble avoir gravi les marches, comme pourraient le faire ceux qui ont perdu un proche pendant la guerre.

 

Ainsi, Ernest Nivet se place du côté des personnes qui pleurent leurs morts et non du côté de l'image patriotique qui montrerait des soldats fiers de faire la guerre.

 

Une lecture croisée entre 2 monuments aux morts

 

 

 

 

 

Le choix de l'emplacement

Le monument aux morts sert à rappeler à la mémoire la disparition des proches des habitants d'une ville ou d'une commune.

Le choix de son emplacement est important afin de toucher un maximum de passants, comme devant l'entrée d'une église ou sur une place qui accueille les fêtes, les marchés...

A Eguzon, devant l'église :

Street View

A Saint-Benoit-du-Sault, Place du Champ de Foire, statue de Charles Edouard Richefeu 

:

Street View

Fonte de fer bronzée, 9.000 francs

A Saint-Benoit-du-Sault, comme à Saint-Gaultier, le monument est un objet réalisé en série. Il est fabriqué en de multiples exemplaires par moulage de fonte d'acier. Cette technique permet de diminuer le coût de fabrication.

 

A Eguzon, le monument est une création unique sculptée dans la pierre par Ernest Nivet.

Presque 100 ans après, quelles impressions pouvez-vous ressentir face à ces deux représentations de soldat ?


Ils sont représentés à l'échelle réelle, ce qui permet au regardeur de mieux se projeter à travers eux. Observons de plus près les différences...

L'importance du socle

Dans les images de gauche, l'homme est en train de courir, dans une position dynamique, soulignée par les obus à ses pieds. Il est surélevé par un socle, ce qui le sépare de la dimension des personnes dans la rue.

 

Dans les images de droite, le militaire est accoudé sur la stèle, dans une pose nonchalante. Il semble avoir gravi les marches comme pourrait le faire un passant.

 

Que font ces soldats ?

A gauche, en pleine course, le militaire semble plein d'énergie : le corps est élancé, le visage est joyeux, tourné vers le ciel. Il semble prêt à repartir en guerre.

 

A droite, seuls les noms gravés intéressent le soldat. Son visage triste appuyé sur sa main met en évidence sa peine envers ses camarades disparus.

Quelle image nous donnent-ils de la guerre ?

Une image patriotique

 

D'un côté, le message est clairement souligné, avec le message aux pieds du soldats : "la victoire en chantant". Depuis la défaite de la France face à l'Allemagne durant la guerre de 1870, les écoliers ont l'habitude d'apprendre des chants patriotiques à l'école. Le fait de se sacrifier pour un pays en mourant à la guerre était un principe régulièrement rappelé à l'époque.

 

Une image romantique et humaniste

 

Le sculpteur Ernest Nivet, qui a été un élève d'Auguste Rodin, s'inscrit dans le mouvement artistique romantique : le but est de montrer des sentiments. Comme dans les autres monuments aux morts qu'il a faits dans l'Indre, il met en scène ici un personnage dans lequel le passant peut se projeter.

 

Imaginons-nous au lendemain de la Grande Guerre... Toutes les personnes que nous cotoyons ont perdu des proches et leurs noms sont inscrits sur une plaque au centre du village. La représentation du soldat rappelle celle des personnes qui se sont recueillies en mémoire de leurs proches. A travers l'expression humaine de la tristesse, Ernest Nivet donne une image humaniste de la guerre.

+ d'infos sur les liens entre  Ernest Nivet et le sculpteur romantique Auguste Rodin.

 Lien : DANS LE COIN - Des pierres

Les oeuvres en parallèle vues en cours

quel est le point commun.odp
Présentation Open Office 7.6 MB

            Le Penseur

Le Penseur interprété par Banksy à Gaza en Palestine en 2015
Le Penseur interprété par Banksy à Gaza en Palestine en 2015

    La galerie

        des

      Artspla36