Shadi Ghadirian

 

Like EveryDay est une série composée de 17  photographies de 50x50 cm réalisées en 2000.

 

L' artiste iranienne  Shadi Ghadirian parvient à donner un regard critique sur la place de la femme en Iran tout en respectant les lois strictes qui gèrent son pays.

"Être photographe en Iran exige du doigté. Pas question d’aborder les problèmes de la société iranienne en ignorant la multitude d’interdits édictés par les Mollahs depuis la révolution islamique de 1979. Toute allusion, aussi légère soit-elle, à la sexualité est jugée comme un crime relevant du droit commun. Une femme ne peut être photographiée sans le voile obligatoire dès qu’elle apparaît dans un espace public."

Luc Desbenoit, Télérama.

 

Les portraits qu'elle réalise réduisent l'identité des personnes à deux objets : le tchador et, à la place du visage, le seul élément de reconnaissance permis d'être montré pour les femmes iraniennes, un ustensile  rappelant les tâches ménagères...

Lien vers le site de Shadi Ghadirian




Jana Sterbak et la robe de viande

25 ans après, Lady Gaga s'en est servi pour se donner une image de femme libre sans citer l'artiste...

Jana Sterbak, "Vanitas, Robe de chair pour albinos anorexique", 1987
Jana Sterbak, "Vanitas, Robe de chair pour albinos anorexique", 1987

 

 

Jana Sterbak (1955) est une artiste canadienne d'origine tchèque qui vit et travaille à Montréal et à Barcelone.


Dans cette représentation de robe, élaborée avec les techniques de la haute couture,

http://elles.centrepompidou.fr/blog/?p=175

elle perturbe nos habitudes.

 


La robe est représentée en photo, sur une femme, quand elle est encore saignante, et en vrai, sur un présentoir.

Vanitas - Robe de chair pour albinos anorexique de Jana Sterbak. (1987)
Vanitas - Robe de chair pour albinos anorexique de Jana Sterbak. (1987)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Effet de surprise entre ce que nous voyons et ce que nous reconnaissons...



De loin, la robe ressemble à un objet de mode avec une présentation semblable à celle des magasins de vêtements. De près, quand nous reconnaissons le matériau, de la viande qui se dessèche, c'est l'effet de surprise mêlé au dégoût qui se produit!

 

 

Vanitas - Robe de chair pour albinos anorexique de Jana Sterbak est refaite régulièrement par le Musée national d'art moderne selon un patron et des instructions précises.
Vanitas - Robe de chair pour albinos anorexique de Jana Sterbak est refaite régulièrement par le Musée national d'art moderne selon un patron et des instructions précises.






L'intérieur révélé à l'extérieur

 

En employant l'intérieur du corps pour représenter une enveloppe, la robe, Jana Sterbak inverse l'intérieur et l'extérieur, comme pour mettre à jour une réalité cachée.



 


 

Une vanité

 

Dans le titre, elle évoque la vanité (vanitas-vanité : ce qui est vain n'a pas de réelle utilité parce que c'est illusoire, inutile, insignifiant, futile... ) et l'anorexie, pour, sans doute, critiquer la recherche du corps parfait avec la minceur véhiculée par les images des médias (télévision, magazines...).

 

 

Elle remet en question le stéréotype du corps dans notre société et rappelle aussi le danger de l'anorexie qui peut mener à la mort à force de se priver de nourriture. La référence au caractère albinos fait penser à une forme d'aveuglement face à la réalité. C'est le caractère vain des apparences qu'elle met en évidence : la robe, qui habituellement met en valeur le corps, devient un assemblage de chair et renvoie à l'image d'un corps écorché. L’œuvre peut aussi se comprendre comme une critique de l'image de la femme réduite à "de la viande".

 

Ainsi, Jana Sterbak questionne notre rapport au monde : en plus de l'image de la femme, le matériau soulève des questionnements multiples, de la condition animale à celle de l’œuvre d'art dans le temps :

 

« Vanitas a fait scandale au Canada, mais a rencontré un grand succès partout ailleurs et elle est sans cesse copiée ! (...) elle se prête à quantité d’interprétations, depuis le non-respect des animaux élevés pour leur viande jusqu’au vieillissement et à la mort des individus, en passant par les rituels de possession, etc. Vanitas pourrait également évoquer les changements que le temps imprime à la perception des œuvres. Le jour du vernissage, quand on expose la robe, la chair est crue. Puis, la viande sèche et commence à ressembler au cuir ; elle devient alors acceptable. Cela est aussi vrai pour les artistes. »

Propos de Jana Sterbak recueillis par Catherine Francblin, in « La condition d’animal humain », art press, n°329, Déc. 2006,  p. 4.


Son travail questionne aussi la perte d'identité.

            Le Penseur

Le Penseur interprété par Banksy à Gaza en Palestine en 2015
Le Penseur interprété par Banksy à Gaza en Palestine en 2015

    La galerie

        des

      Artspla36